Non-éligibilité des écoles privées aux indemnités CNSS, les explications d’Amzazi

Temps de lecture : 5 minutes


Les écoles privées non éligibles aux indemnités CNSS, les explications d’Amzazi

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Les établissements privés d’enseignement primaire, secondaire et supérieur et de formation professionnelle ont été confirmés non éligibles à la déclaration de leurs salariés en arrêt de travail auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Cette décision vient d’être publiée dans le Bulletin officiel du royaume, semant la confusion dans les esprits des structures scolaires concernées, ainsi que des parents d’élèves. Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, est intervenu pour expliquer davantage cette démarche, qui selon lui, apaisera les deux parties concernées.

Temps de lecture : 5 minutes

La dernière publication au Bulletin officiel (BO) du royaume a semé la zizanie dans les structures scolaires privées et les parents d’élèves. Ce lundi 22 juin, ont été confirmés non éligible à la déclaration de leurs salariés en arrêt de travail auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) les établissements privés d’enseignement primaire, secondaire et supérieur et de formation professionnelle, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition du 23 juin. Contacté par EcoActu, Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, a tenu à dissiper la confusion suscitée par cette publication. Le ministre a expliqué qu’elle concerne une mesure prise le 21 mai 2020, après que plusieurs «écoles privées avaient déclaré environ 48000 employés en arrêt temporaire de travail, alors qu’elles avaient encaissé la mensualité du mois de mars». Il rappelle que cette tentative malsaine «avait abouti à la mise en place de nouvelles conditions d’éligibilité pour bénéficier de l’indemnité forfaitaire financée par le Fonds spécial de lutte contre la pandémie».



Par ailleurs, Amzazi a assuré que l’indemnisation forfaitaire destinée à une frange spécifique des employés des établissements privés (éducatrices, accompagnatrices, chauffeurs, cuisiniers…) est encore en phase d’étude. Notons que le ministre avait promis d’intervenir auprès du ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme administrative pour demander des subventions pour cette catégorie de personnel. Le média indique dans ce sens que «le gouvernement est sur le point d’approuver cette décision qui sera publiée incessamment», et qui «devra apaiser la tension entre écoles privées et parents d’élèves».



 



La crise des établissements scolaires privés



Les écoles privées avaient sollicité le ministère de l’Éducation nationale pour les aider financièrement afin d’amortir l’impact économique de la pandémie du coronavirus sur leurs caisses. Lesdits établissements avaient expliqué «qu’environ 90% des parents refusent de s’acquitter de leur facture du mois de mai, et que certains réclament une réduction de 30% à 50% des frais, tandis que d’autres revendiquent une exonération totale». Conscients que la loi ne leur permet pas de souscrire aux indemnités CNSS, ils avaient appelé la tutelle à leur octroyer un statut particulier, soulignant que «la nouvelle loi-cadre pour l’enseignement les considère comme une composante essentielle du système de l’enseignement» et «les positionne en tant que prestataires d’un service public», avait précisé Moulay Saïd Messaoudi, président de la Fédération marocaine de l’enseignement et de la formation privés (FMEFP). Toutefois, le silence du ministère de l’Éducation a poussé la FMEFP ainsi que l’Alliance de l’enseignement privé au Maroc a annoncé une grève nationale le 30 juin 2020. Taoufik Laâlej, président de l’Association marocaine des établissements d’enseignement privé, a de son côté pointé du doigt les parents en les menaçant de dévoiler les «listes secrètes» des mauvais payeurs. Et de marteler : «celui qui essaiera de transférer ses enfants d’une école à l’autre verra comment on va se comporter avec lui lors de la prochaine année scolaire».



 



La colère des parents d’élèves



Comme les établissements privés, les parents d’élèves ont également soutenu que leurs revenus ont été affectés par la pandémie du Covid-19, affirmant que plusieurs parmi eux sont en arrêt de travail ou n’ont plus suffisamment de ressources pour payer la scolarité de leurs enfants. «Je n’ai plus aucun revenu à cause de la crise. L’école devait penser aux parents qui sont dans la même situation et les dispenser des frais. Où est le sens du patriotisme ? J’appelle le ministère à intervenir. C’est une crise mondiale. Personne n’a été épargné», déplore un parent à Maroc Hebdo. De plus, poursuit le journal, la Fédération nationale des associations de parents d’élèves au Maroc (FNAPEM) a quant à elle expliqué que certains tuteurs refusent de verser lesdits frais, car ils jugent que la qualité de la méthode de l’enseignement à distance est insatisfaisante. La même source rapporte que certains parents d’élèves ont même organisé des manifestations devant des écoles privées à Casablanca, à Marrakech, à Fès et à Rabat, pour réclamer une ouverture de négociation avec les représentants de ce secteur ainsi qu’une exonération totale ou partielle du versement des mensualités scolaires.



 



Enfin, il n’est pas encore sûr que l’approche d’Amzazi puisse mettre fin au bras de fer opposant les deux parties, mais elle servira, peut-être, à sauver les caisses des établissements de la ruine, et à pousser ces derniers à considérer les propositions des parents d’élèves.



Recommandé pour vous

Alliance des civilisations : le forum qui unit politique et culture

Temps de lecture : 4 minutes Renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations est l’objectif de l’Alliance des civilisations des Nations-Un…

Énergies renouvelables : le Maroc rayonne

Temps de lecture : 5 minutes Une réunion de travail présidée par le Roi et consacrée au développement des énergies renouvelables s’est tenue le 22 novembre. Le Royaume s’est fixé …

COP27 : et la montagne accoucha d’une souris

Temps de lecture : 4 minutes La 27ᵉ Conférence des parties à la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) s’est achevée sur un accord historique. …

67 ans d’évolution depuis l’indépendance du Maroc

Temps de lecture : 4 minutes Les Marocains commémorent la fin du protectorat le 18 novembre de chaque année. Six décennies après l’indépendance, le Maroc a enregistré des boulever…

Les limites du PLF 2023 : analyse du Pr Nabil Adel

Temps de lecture : 9 minutes La trajectoire de ce projet de loi de Finances (PLF) n’annonce rien de bon. Ce dernier s’inscrit dans la continuité des précédents PLF, et ne prend pa…

COP27 : la grand-messe des promesses !

Temps de lecture : 6 minutes Le dérèglement climatique se fait de plus en plus sentir. Sauver la planète n’est plus un choix, mais une responsabilité partagée. Après six ans et qu…

PLF-2023 : voici les amendements adoptés par les députés en commission

Temps de lecture : 5 minutes Le rapport de la Commission des finances et du développement économique, relatif à la première partie du projet de loi des Finances (PLF) 2023, a été …

Transport routier : les cinq priorités pour faire face aux problèmes du secteur

Temps de lecture : 4 minutes Ce mardi 8 novembre, Mohamed Abdeljalil, ministre du Transport et de la Logistique a affirmé que, pour faire face à certains problèmes que connaît le …

Maroc-France : l’heure est-elle au réchauffement des relations ?

Temps de lecture : 4 minutes En septembre 2021, Paris avait décidé de réduire de 50% le nombre de visas accordés au Maroc, au motif que le Royaume refusait de délivrer des laissez…

Droits de l’Homme : le Maroc passe son examen

Temps de lecture : 4 minutes Le Maroc fait partie des pays examinés par le groupe de travail de l’Examen périodique universel (EPU) lors de sa 41ᵉ session qui se tient du 7 …

Justice : Abdellatif Ouahbi expose ses priorités stratégiques pour 2023

Temps de lecture : 7 minutes Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté, mercredi 2 novembre à la Chambre des représentants, un exposé exhaustif sur le bilan de son …

Discours de la Marche Verte : la vision progressiste du Roi

Temps de lecture : 7 minutes Le 6 novembre 1975, Feu le roi Hassan II annonçait le départ de la plus grande marche pacifique de l’histoire. La Marche Verte à laquelle avaient part…